Évènements à venir
Loading...
Rechercher un article

Articles avec le tag ‘Médaille’

PostHeaderIcon Anciens Combattants: Remise de médaille

IMG_0526 Lors de la réunion du lundi 28 septembre 2020, les membres du bureau de l’Amicale des Anciens Combattants ont remis la médaille de la guerre d’Algérie à l’un des leurs. Alain VANSTABEL est un homme discret, cette demande de médaille est avant tout pour sa famille. Sous l’insistance de son épouse, Alain constitue un dossier de son parcours militaire, pour laisser en héritage à ses descendants un témoignage de son histoire, de l’histoire de la France…. Moyen si l’en est de se libérer des douleurs profondes, survivant meurtri, témoin d’une guerre sans pitié.


Alain-vanstabel-Algérie-2Épisode d’une vie qui commença à 19 ans et 6 mois précisément. Originaire d’Amiens, il a eu l’opportunité de rentrer aux sapeurs-pompiers de Paris, pouvant ainsi échapper au départ pour l’Algérie. Contre l’avis de ses parents, il ne se dérobe pas et met un point d’honneur à servir la France. Il embarque à bord d’un bateau le 7 janvier 1962, au port de Marseille, direction Alger. Une fois sur place, il sera affecté au centre d’instruction du 1/66 régiment d’artillerie à Miliana, où il effectuera 4 mois de classes. Le 27 avril, départ pour le nord de l’Algérie. Il gravit les échelons, brigadier, brigadier chef, centre de formations des sous-officiers à Oran, où il ressort avec le grade de Maréchal des Logis, mais profondément marqué par l’atrocité de cette guerre qui n’épargne pas ses camarades. Besoin de s’éloigner des images qui l’obsèdent, le 8 avril 1963 changement de régiment cap, au centre du Sahara sur la base de tirs d’In Amguel, en tant que chef de groupe. Il obtiendra une permission libérable le 2 juin 1963.


« Il est beau de me parler de la vie humaine, mais quand j’ai combattu en Algérie, la vie humaine n’avait pas la même importance. » (Jacques Mesrine).

PostHeaderIcon Légion d’honneur pour Michel Muccignato

 

Michel Muccignato a reçu en juin dernier, les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur pour l’ensemble de son parcours militaire. Entouré de sa famille, ses amis, des élus de la commune de Rouxmesnil-Bouteilles et de son ami Armand de Rocquigny.
L’Ordre National de la Légion d’Honneur est l’institution qui décerne la plus haute décoration honorifique française. Elle récompense militaires et civils ayant rendu des services à la nation.

Né en 1936 à Libourne, il s’engagera à 19 ans dans l’Armée de l’Air, au terme de trois années, il postule dans la gendarmerie. Il est envoyé en mission en Algérie, où il sera blessé en sautant sur une mine. En 1960, il est détaché aux Antilles,  la Guadeloupe, la Martinique, puis la Guyane, pour un retour en 1964 en Algérie. En 1968, il démissionne de la gendarmerie, pour intégrer la Police Nationale. Il cumule 36 ans de carrière professionnelle et 44 années de bénévolat au sein du club de tir, en tant que secrétaire, puis Président.
En 1959 on lui attribut la Croix de la Valeur Militaire, étoile de bronze, en 1977 la médaille militaire, puis la médaille commémorative des opérations de sécurité et du maintien de l’ordre, celle de bronze de la Jeunesse et des sports, ainsi que la médaille d’honneur de la Police Nationale. Ce nouvel insigne ainsi épinglé au revers de sa veste, symbolise une vie pleine et entière dévouée aux concitoyens et à la nation. C’est donc avec beaucoup d’émotion retenue, qu’il s’est exprimé, en ayant tout d’abord une pensée pour les personnes disparus. « C’est à partir d’aujourd’hui qu’officiellement, j’obtiens la nationalité française et j’en suis honoré…… »