La « Sall’Inn »