.

L’oeuvre se trouve le long de la D 154, au carrefour de la route du cimetière communal. Autrefois monolithique, la croix avait été brisée en trois morceaux dont les jointures sont visibles. Cette croix pattée est érigée sur un socle carré.

Si les premières mentions conservées des paroisses de Rouxmesnil et de Bouteilles remontent au XIe siècles, leurs origines sont antérieures. L’archéologie permet d’en cerner les premiers cadres à une époque où Dieppe n’existait pas et où le flot de la mer battait une grève dont le tracé épousait celui de la route départementale traversant le village.

Commentaire historique : La croix date du 11e siècle ou du 12e siècle. En 1841, elle fut renversée lors de travaux puis relevée grâce à l’Abbé Cochet en 1855.

.

.

.

.

Cette croix est liée au prieuré de la Moinerie, colonie de moines cisterciens de Beaubec qui exista sur la commune au lieu dit Bernesault du 12e au 14e siècle. Ce lieu dit se nomme depuis La Moinerie. D’où la croix de la moinerie.
« Lorsqu´on a quitté l´église de Bouteilles et qu´on s´avance sur le chemin d´Arques, on rencontre,  une croix tombée dont les débris longent la voix publique. Cette croix  était l´ancienne annonce d´une maison de prières ; ce lieu est encore appelé La Moinerie et tous les habitants racontent qu´autrefois il y eut là des religieux. En effet, nous voyons dans l´histoire de l´abbaye de Beaubec qu´elle possédait, au XIIe siècle, le prieuré de Bernesault, sur la paroisse de Bouteilles. » (COCHET, Jean Benoît Désiré (Abbé)

.

.

.

.

.

« Les moines firent un tel commerce des salines qu’ils s’installèrent à Bouteilles pour y établir un grenier à sel puis un prieuré. Il est mentionné pour la première fois en 1234 et son nom de Bernesault en rappelle la fonction. Il se situait en bordure de la rue de la Croix de Pierre, à 300 mètres au sud-est de l’actuel cimetière. Cette croix du XIIe siècle, aussi appelée la croix de la moinerie, en rappelle le souvenir. » (MOLKHOU, Pierre.)